Comme je disais précédemment, nous sommes en plein séminaire sur comment réussir à utiliser Excel pour l’audit. Mais ce que je ne vous ai pas encore dit c’est que, nous travaillons avec une banque : la banque postale du Congo, et à chaque fois que j’étais en négociation pour travailler avec des banques Ils m’ont toujours fait comprendre que ; l’activité comptable Bancaire est différente d’une activité simple. Et a la fin de l’histoire je dis OUI ou NON.   

On est d’accord que lorsqu’on est un comptable bancaire, il y a des challenges particuliers.  Lorsqu’on est en face de la comptabilité bancaire, certes c’est bel et bien : << débit, crédit, charges, produits, clients, fournisseurs et autres…>> mais en termes d’audit on va dire qu’il y a certains challenges différents.

Le premiers challenges c’est :

  1. La quantité de données :

La quantité de données dans une banque est extrêmement énorme parce que les données viennent par agence.  Il y a un nombre presque incomptable de données ; C’est le premier challenge qui fait la différence d’avec les autres comptabilités.

On va se dire aussi que, d’un point de vue purement comptable,

2.La structure de leur comptabilité fait également la différence et même souvent comment on reçoit ces données.   

     Tout d’abord, lorsqu’on a énormément de données, le système nous envoi ces données sous format csv.  Il ne peut pas nous les envoyer sous format Excel sinon il sera extrêmement lourd.

    Pour résoudre ce challenge on a donc deux choix :

    • Pour ceux qui ont un niveau relativement avancé, ils peuvent convertir le ficher reçu en Excel par colonne, et ils font des traitements relativement avancés. Ça c’est l’option habituelle qui peut prendre du temps et il faut être assez fins dans Excel pour y arriver et bien sûr.  Ne vous inquiétez pas, c’est ce qu’on fait pendant le séminaire aussi.
    • L’autre option c’est évidemment d’utiliser power Query qui nous fait un traitement assez facile et rapide des données. On prend un fichier sous format csv Txt et on les récupère dans Excel mais via power Query, et à l’intérieur on fait les différents traitements et ensuite on les envoi dans power pivot pour faire les différentes analyses.

    Donc voila globalement comment contourner les différents challenges.  En générale quand je travaille avec les équipes de banque ils vont me dire qu’ils préfèrent faire les contrôles à travers les différentes balances comptable. Mais moi je préfère toujours travailler à partir des grands livres. Evidemment la différence est que les grands livres sont plus lourds, c’est vrai mais comme je vous l’ai dit, je sais comment contourner le problème de la lourdeur du fichier.  

    Il faut comprendre que lorsque vous faites votre analyse comptable, directement avec les balances, vous aurez une limite : lorsque vous tomberez sur un solde de compte qui a l’aire bizarre ou un mouvement de compte bizarre, vous serez obligé de rentrer dans la comptabilité qui est dans un autre logiciel pour comprendre de quoi il s’agit. Alors que, lorsque vous travaillez directement avec les grands livres, et que vous voyez un solde ou des mouvements de comptes bizarres, il vous suffira de deux clics pour atteindre le détail de compte, et c’est pour ça que je préfère le grand livre. Et en plus lorsque on l’a c’est la seule méthode pour pouvoir identifier les doublons.

    Donc à mon avis, si vous savez comment gérer la grande masse de données, alors, utilisez toujours le grand livre pour faire l’audit de votre comptabilité, et c’est bien évidemment ce que nous faisons dans ce séminaire actuellement avec la Banque postale du Congo.          

    Share This